Créez votre shinobi et progressez dans un monde incroyable.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukiyo
Ame no Shinobi
Ame no Shinobi
avatar

Féminin Nombre de messages : 596
Age : 28
Village : kiri
Elements : suiton
Date d'inscription : 02/02/2009

Infos du Ninja
Rang: Genin
Points d'expérience:
75/1000  (75/1000)
Techniques:

MessageSujet: On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]   Mar 16 Fév 2010 - 1:06

"Ces événements sont arrivés à une époque où je ne savais encore rien. Et puis, ce jour fatidique est arrivé... Quelqu'un a commencé à armer le chien sanglant d'un revolver...doucement... tout doucement."
Citation de Vampire Knight

On pouvait rarement dire qu'à Kiri, le temps était radieux et pour cause, c'était le village du brouillard. Un brouillard qui était certes pratique quand on souhaitait se dissimuler mais qui à l'inverse emprisonnait aussi la personne qui se trouvait en son sein. C'était exactement ce que Tsukiyo ressentait en ce moment : elle avait la désagréable impression d'étouffer. Depuis longtemps désormais elle s'était forgé un masque qui aujourd'hui, semblait lui peser énormément alors qu'elle était restée indifférente jusqu'à maintenant. Assise sur son lit, elle regarda mélancoliquement par la fenêtre, le village triste et affreusement sinistre qu'elle haïssait. Il restait aussi méprisable qu'avant et elle, elle n'avait pas tant changé au final. Resterait-elle ici éternellement à faire l'impasse sur sa haine en continuant de porter ce masque impassible ? Ce n'était pas une vie et elle en serait malheureuse. Ses parents ne s'en soucieraient pas puisqu'ils considéraient déjà qu'il n'avait plus vraiment de fille. Elle n'avait aucun ami pour la regretter et son village ne ressentirait pas une grosse perte. Elle soupira lourdement. Sur sa table de chevet se trouvait son bandeau de kunoichi de Kiri dont elle se saisit et l'observant, se crispa avant de le projeter avec violence dans un coin de la pièce. Elle manquait cruellement de force et de courage pour fuir d'ici. C'était pitoyable et elle en était consciente. De toute façon, il fallait qu'elle sorte, prendre l'air pour survivre parce qu'ici, elle mourrait à petit feu. La jeune femme avait grand besoin d'espace et elle se prépara donc à sortir du village pour la journée. Elle récupéra son bandeau à contre-coeur...

Prendre l'air faisait toujours du bien... même si Tsukiyo n'appréciait que peu de choses, sentir le vent caresser son visage lui fit l'effet de pouvoir respirer à nouveau. Elle pu admirer l'horizon de son oeil valide et enfin libérée de l'étreinte délétère contraignante que lui conférait son statut de genin de Kiri, elle s'éloigna au plus tôt du sentier, vers les forêts et laissa libre cours à sa haine en hurlant un bon coup. C'était libérateur et elle resta un instant debout comme ça, face à un arbre en repensant au passé, laissant des larmes couler. Ca ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Mais comment en était-elle arrivée là ? D'un geste rageur, elle finit par essuyer ses larmes. Un ninja ne devait pas pleurer, non ?
Ses parents considéraient sans doute qu'elle s'entraînaient car il croyaient qu'elle comblait le vide ainsi. Ce n'était pas entièrement faux puisqu'elle s'entraînait souvent afin de ne penser à rien d'autre. Surtout pas au passé. Le reste du temps la voix du souvenir lui revenait ... tel un stigmate. Alors elle souffrait en silence, espérant se venger, sans pour autant faire quoi que ce soit.

- A quoi bon se battre... ça ne me mène nulle part. Mais que puis-je faire d'autre ?


Elle se posait réellement la question. Elle donna un violent coup de poing dans le malheureux arbre qui se trouvait en face d'elle, sentant l'écorce mordre violemment sa peau mais elle ne montra pas la moindre trace de douleur sur son visage. Pourtant elle saignait et elle avait bien mal. Elle soupira, constatant que cette violence était également inutile. Faisait-elle des choses censées par moment ?
Elle entendit soudainement du bruit aux alentours. Était-ce son imagination qui jouait d'un air machiavélique avec ses nerfs ? Ou bien y avait-il quelqu'un ici ? Ce serait bien sa veine franchement, alors qu'elle ne voulait voir personne. Ou plutôt que personne ne la voie et surtout pas un habitant de Kiri. Ou comble de la malchance qu'elle rencontre quelqu'un qu'elle soit obligée de combattre.

*T'es complètement parano... Il ne peut y avoir personne en plein milieu d'une forêt ! Et pile au même endroit que toi ? Et même si quelqu'un... non...*

Elle se retourna, montrant donc son dos au tronc d'arbre qu'elle avait précédemment agressé. Inspectant les alentours du mieux qu'elle le pouvait en insistant sur l'angle mort que lui imposait son oeil, caché sous sa mèche de cheveux, elle constata qu'il n'y avait personne. Elle s'avança finalement pour reprendre son chemin car rester dans la forêt n'était pas une si bonne idée peut-être... Cependant, elle constata qu'elle était complètement perdue. Elle se donna une tape sur le front et soupira. C'était presque risible mais elle ne savait pas rire alors elle laissa échapper un gémissement de désespoir.

- Mais qu'est ce que je peux être sotte !


Dernière édition par Tsukiyo le Sam 27 Mar 2010 - 15:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samanosuke Akechi
Konoha no Shinobi
Konoha no Shinobi
avatar

Masculin Nombre de messages : 91
Age : 29
Village : Konoha
Elements : Raiton, Katon
Nindô : Devenir le meilleur Junin de Konoha ...
Date d'inscription : 12/03/2009

Infos du Ninja
Rang: Genin
Points d'expérience:
169/1000  (169/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]   Mar 16 Fév 2010 - 21:57

Le temps était majestueux, et je devais avouer que depuis ma nomination en tant que Kage provisoire, j'avais envie de faire cette petite escapade. J'avais passé le week-end end à ranger de la paperasse, à signer des papier et donner des ordres de mission. Tout ce que l'ancien Hokage avait laissé en plan, je m'en était occupé. Le bureau était désormais en ordre, et les affaires importante étant classées, je pouvais bien me permettre cette "petite" virée. J'avais changé ma tenue de Hokage et l'armure de mon père à une tunique blanche et un pantalon noir en soie, et pour me proteger du soleil qui tapait fort ce matin sur Konoha, un chapeau de paille ... La porte du bureau était désormais fermée à clef. j'avais confié l'ustensile de serrure à un Juunin de confiance qui avait pour ordre durant la journée de distribuer les missions aux ninjas que j'avais désigné. En sortant du domaine du chef du village, je rabaissais mon chapeau de paille devant mes yeux et glissais mes mains dans mes manches, cherchant à échapper aux regards des passants. Chose qui m'étonna d'ailleurs, aucun d'entre eux ne se retournaient lorsque je croisais leur chemin. D'un coté, il en était mieux ainsi, ma tranquillité était sauvegardé. Aux portes du village m'attendait un coursier, le plus rapide du pays du feu. A ses cotés, une charrette et un vélo, plus communément appelé "pouss-pouss". Il avait pour ordre de m'emmener aux abords de ma destination : le village de Kiri. Non pas pour affaire, mais pour détente. J'avais entendu dire qu'il y avait de beau paysages par las-bas, et je devais bien avouer que je profitait de ma position de Kage pour m'y rendre. N'ayant qu'une journée de repos, j'avais donc fait appel à ce coursier pour m'y rendre au plus vite et profiter un maximum.

Le voyage était assez rapide. Et malgré la vitesse du coursier sur son vélo, je ne ressentais aucune vibration. Comme si on lévitait grâce à sa vitesse. C'était agréable, et les nombreux paysages défilaient devant mes yeux. Cependant, malgré la beauté des décors, je ne cessais de penser. Réfléchir à ce nouveau poste qui n'était que provisoire. Monter dans les hautes sphères pour ensuite redescendre ... J'étais Genin, au niveau de Chuunin, mais n'ayant toujours pas passé l'examen ... je restais au même point. La lassitude commençais à me gagner, rester Genin alors que mon niveau valait chuunin ... j'étais partis de Konoha prendre du recul, par rapport à une succession de malchance, pour revenir et être Hokage provisoire ... J'aimais bien ce poste à responsabilité, mais au fond de moi, je sentais que j'avais besoin d'action, c'est pourquoi j'espérais monter en grade rapidement. Avoir ma propre équipe, lui enseigner tout ce que je sais ... et continuer à faire des missions. Être le meilleur Juunin de Konoha, tel était ma volonté. Au fond de moi, j'espère que cette expérience de Kage provisoire m'apportera beaucoup. Je voulais tellement rendre hommage à mon père et à ce village.

Quelques heures plus tard, en milieu de matinée, le coursier me déposa enfin à bon port. Le temps s'était couvert, et même si le soleil était présent, il avait beaucoup de mal à percer ce brouillard si dense. Je remerciais le coursier, en lui donnant un bonne somme en liquide afin qu'il puisse passer la journée dans le village de Kiri en s'amusant, au lieu de m'attendre durant des heures à ne rien faire. Il me remercia avec admiration et parti s'éclater dans je ne sais quel bar étrange ... Son attitude me rappelais celle de Jiraya-sama à l'époque où je l'ai connu. Je le vit détaler à toute vitesse vers le village tandis que je me dirigeais vers la forêt, espérant trouver une clairière agréable dans laquelle je pourrai prendre mon déjeuner. Quelques mètres plus loin, j'entendais des bruits sourds venant du nord de ma position. Silencieusement et sur mes gardes, je m'approchais de l'endroit en question. De loin, j'apercevais une silhouette frappant contre un arbre. En un saut, je m'étais calé sur une branche, un peu plus prêt de la position de mon étrange individu. Celui-ci tourna la tête au moment où j'atterris sur l'arbre, peut être alerté par le bruit que je venais de cautionner. Je pu apercevoir alors son bandeau de Ninja. Un ninja de Kiri. J'espérais qu'il n'était pas hostile, mais en y regardant de plus prêt, je m'aperçus que mon étrange individu était une femme. Son visage refletait une certaine tristesse intérieur et une colère extèrieure. Ses poings étaient en sang, elle ne semblait pas pourtant montrer sa souffrance. Elle tournais désormais le dos à l'arbre sur lequel elle s'était défoulée quelques minutes plus tôt. Fermant les yeux en signe d'abdication, elle commença à partir ... pour finalement tourner en rond. Je la suivais discrètement. Je ne savais pourquoi cette jeune femme m'intriguais. Je la suivais sans vraiment le vouloir. C'était comme instinctif. Puis, au fur et à mesure que je me déplaçais dans les arbres tout en la suivant, un éclat de soleil vînt illuminer son visage ne serais-ce qu'un cours instant. Mais ce laps de temps me suffit alors à découvrir la beauté de cette demoiselle. Soudainement, j'avais envie de voir un sourire sur ce visage triste. Je sortis de mon sac, un nécessaire de soin pour ses poings, que je glissais à l'intérieur de ma poche. Je descendais alors de mon arbre silencieusement et m'assis en tailleur sur un rocher non loin d'elle.

Bonjour mademoiselle. Ne paniquez pas, je ne suis pas un ennemis. je m'appelle Samanosuke Akechi.



Tout en enlevant mon chapeau de paille, je sortis le nécessaire à soin.

Laissez moi voir vos poings, vous semblez blessée.

Je lui fit alors un large sourire, esperant que la chaleur de celui-ci ne la fasse pas fuir, j'espérais vraiment faire plus ample connaissance ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgstarwars.forumsactifs.com
Tsukiyo
Ame no Shinobi
Ame no Shinobi
avatar

Féminin Nombre de messages : 596
Age : 28
Village : kiri
Elements : suiton
Date d'inscription : 02/02/2009

Infos du Ninja
Rang: Genin
Points d'expérience:
75/1000  (75/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]   Mer 17 Fév 2010 - 0:11

Face à elle se trouvait désormais, ce qui lui semblait être un mur infranchissable de verdure, sans aucun détail qui lui rappelle un chemin emprunté. D’ailleurs, elle n’avait pas réellement fait attention à la voie qu’elle avait prise pour venir jusqu’en ces lieux. Bien souvent sa colère l’emportait sur sa raison et peut-être un jour, cela lui coûterait la vie. Tsukiyo ne se souciait plus guère de mourir, surtout aujourd’hui mais pourtant elle était toujours là. C’était vraiment étrange de se dire tout cela et brasser de telles pensées la rendait encore plus mélancolique parce qu’elle se demandait ce qu’il l’avait poussé à continuer. On avait toujours une infime raison et ce qui la tracassait était de ne pas savoir quelle était la sienne. Elle avait beau cherché, rien de plausible ne lui venait à l’esprit. Elle continua à y réfléchir quand de nouveau, elle entendit un bruit. Glissant sa main dans une des poches de sa veste, elle s’empara d’un kunai et tendit l’oreille. Ainsi elle n’était pas seule et surtout son imagination n’était pas en cause, ce qui dans un sens la rassurait et dans un autre l’ennuyait beaucoup. Et dire qu’elle avait souhaité être seule et tranquille, à croire que souhaiter une telle chose la rendait impossible. Ou bien elle était maudite, ou bien le hasard … faisait très mal les choses.
Une voix masculine la fit sursauter et elle se retourna brusquement dans sa direction, le regard aussi glacial que possible pour faire face à l’inconnu. Même s’il disait qu’il n’était pas un ennemi, elle savait désormais qu’il ne s’était manifesté que depuis peu mais qu’il devait être présent un peu plus tôt. Certes s’il comptait l’attaquer, il ne se montrerait sans doute pas ainsi mais après tout qu’en savait-elle. On ne pouvait pas deviner les intentions d’autrui. Etait-il de Kiri ? Elle observa ses habits, son visage, sans se départir de sa froideur, sans prendre la peine de lui répondre pour le moment. De son œil fonctionnel, elle le toisa et mis en avant son bras, tenant fermement le kunai.
Méfiante, elle ne savait pas trop quoi penser de cet individu tout droit sorti de nulle part et qui s’adressait à elle, soi-disant amicalement. Il lui avait donné son nom et c’était impoli de ne pas rendre la pareille mais la kunoichi laissa échapper un sifflement. Elle ne souhaitait pas vraiment lui répondre, et sa réponse ressemblait plus à un reproche qu’à une invitation au dialogue tant le ton qu’elle employait pour s’adresser à lui était brut. C’était sa façon de se défendre, d’éloigner les gens. Une méthode qui fonctionnait bien la plupart du temps donc qu’elle préservait.

- Soit ! Je m’appelle Tsukiyo Machimura ! Ennemi ou non, que venez-vous faire en ces lieux ?

Tandis qu’elle répondait ainsi, il avait déjà sorti un nécessaire de soin et lui demandait de lui montrer ses poings, tout en souriant grandement. La jeune femme se demanda ce qu’il avait à sourire comme ça, elle trouvait cela parfaitement idiot et pourtant… Pourtant, c’était étrange car cela lui semblait d’un certain sens réconfortant. Il faut bien l’avouer, elle n’avait pas du tout l’habitude qu’on lui sourit ainsi. Même qu’on lui sourit tout court. Alors elle n’en comprenait pas vraiment le sens, elle ne savait pas s’il souriait toujours comme cela. Depuis qu’elle s’était forgé un visage peu expressif, la kunoichi avait perdu le sens de sourire, elle ne savait plus ce que c’était. Aussi restât-elle aussi distante qu’auparavant mais son regard avait un peu perdu de son agressivité. Sa position marquait cependant parfaitement son attitude défensive. Puis sans savoir pourquoi, elle baissa alors les yeux sur ses poings comme si elle venait de découvrir sa blessure et relevant le menton, elle croisa son regard. Il avait l’air particulièrement inoffensif pour le moment mais Tsukiyo n’avait pas coutume d’accorder sa confiance. Elle laissa s’écouler un certain temps avant de répondre …

- Ce n’est rien. La blessure cicatrisera sans cela, ne vous en souciez pas ! Vous avez certainement d’autres choses à faire.

Elle fit quelques pas en arrière, un peu inquiète, le laissant passer s’il le désirait. Elle le gardait dans son champ de vision, pour ne pas être en désavantage. La forêt était suffisamment humide pour qu’elle réussisse à créer une épée aqueuse bien qu’elle douta qu’elle ai la force de se défendre en voyant l’état dans lequel ses mains se trouvait. Ce serait sans doute ridicule et stupide. De toute façon, son attitude n’était sans doute pas très … mâture, intelligente… Elle n’en pouvait plus. Tsukiyo était lasse d’être restée la même, de se méfier de tous et toujours en tout temps. C’était un réflexe qui lui pourrissait l’existence. Elle ne baissa pas sa garde complètement mais relâcha un peu plus son attention. Au pire elle créerait une épée pour se défendre et si vraiment elle n’en avait pas le temps, alors tant pis. La kunoichi jeta un coup d’œil à ce Samanosuke Akechi, pour voir si ce sourire c’était effacé. Cela l’ennuierait un peu si c’était le cas, de lui avoir fait perdre cet éclat. Elle soupira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samanosuke Akechi
Konoha no Shinobi
Konoha no Shinobi
avatar

Masculin Nombre de messages : 91
Age : 29
Village : Konoha
Elements : Raiton, Katon
Nindô : Devenir le meilleur Junin de Konoha ...
Date d'inscription : 12/03/2009

Infos du Ninja
Rang: Genin
Points d'expérience:
169/1000  (169/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]   Mer 17 Fév 2010 - 21:43

Le soleil perçait le brouillard peu à peu et me permettait d'admirer cet océan de verdure qui s'étendait devant moi. J'aimai beaucoup ce genre de paysages, calmes, simples, mais regorgeant d'une beauté intérieur brute et séduisante. A peu prêt le profil de la kunoïchi qui se tenait devant moi. La demoiselle semblait presque outrée voir en colère que je me présente à elle. Je sentais dans son regard comme de la méfiance, une certaine agressivités. Je ne sais pas pourquoi, mais lorsque mon regard croisa le sien, je sentis une personne perdue, triste. Comme si cela faisait des années qu'elle subissait une peine qui déchirait chaque jours, un peu plus, son cœur. Et bien qu'elle était mignonne physiquement, je me sentais plus proche de sa beauté intérieure. J'avais toujours été comme ça, même enfant. Très protecteur avec ma petite sœur avant que celle-ci ne meurs de sa maladie. Du coup, j'avais reporté toute mon attention sur le reste du village. Comme si, aider les gens autour de moi, m'aidait à me sentir heureux. J'étais d'ailleurs connu à Konoha pour les multiples services rendus. Et personne ne s'en plaignait. C'était pourquoi, lorsque j'aperçus cette fille, j'avais envie de l'aider. L'aider à surmonter une peine qu'elle cherchait à cacher, mais qui était pourtant apparente. J'étais, à l'origine, une personne calme et douce, qui ne ferais pas de mal à une mouche. Cependant, lorsque j'étais en mission, je ne tolérais pas que le mal soit fait autour de moi, je cherchais toujours à rendre justice. Peut-être cela est-il un défaut. Mais pour moi, c'était ma façon de vivre. Me sentir utile pour le village, dans toute circonstance, apporter un soutient aux gens, cela m'aidait à me sentir vivant. Ma mère me répétait souvent de m'occuper aussi un peu de moi-même, chose que je faisais rarement. Qu'il fallait que je me trouve une demoiselle qui saurait être ma femme en toute circonstance, comme elle avait été la femme de mon père ...
Et devant cette jeune femme, j'avais l'impression de réunir le tout. Vouloir rendre service à quelqu'un tout en trouvant mon bonheur. J'avais compris que mon bonheur c'était ça. aidez les gens. De plus, cette fille ne me laissais pas totalement indifférent ... Elle semblait perturbé, elle ne savais surement pas comment me répondre. La réponse qu'elle me fournit alors, me déçus en un premier temps, puis confirma ensuite mon analyse.

- Soit ! Je m’appelle Tsukiyo Machimura ! Ennemi ou non, que venez-vous faire en ces lieux ?

Me yeux se fermèrent alors, mon sourire se déplaçant en coin.

C'est vrai que je suis un inconnu. C'est tout à fait normal que tu soit méfiante. Pour tout te dire, je suis ici pour prendre l'air ! respirer un peu l'air pur. Je t'avouerai que je suis assez loin de mon village, mais au contraire, cela me permet de voir d'autres paysages, de m'échapper un peu. J'avais besoin de respirer. Je me suis baladé dans cette forêt et puis je suis tombé sur toi. Mais je suis enchanté de faire ta connaissance ... Tsukiyo Machimura.

Je réfléchis quelques secondes puis me dit que la tutoyer alors qu'elle était distante était plutôt une chose de mauvais goût. Je lui demandait alors.

Excuse moi. Cela te dérange t-il que je te tutoie ?

Je me levais alors, doucement, remettant mon chapeau de paille sur le haut du crâne. Je ne perdais jamais le sourire, surtout par une journée comme celle-là. Le soleil s'était enfin imposé.
Le regard de Tsukiyo perdait peu à peu de son agressivité. Mais je sentais qu'elle était encore très distante. Qu'elle ne savait pas s'y prendre avec les autres.

- Ce n’est rien. La blessure cicatrisera sans cela, ne vous en souciez pas ! Vous avez certainement d’autres choses à faire.

Soit. Après tout tu fait ce que tu veux de ton corps. C'est juste dommage qu'une aussi jolie fille que toi mutile ses poings de cette façon ...


Je ne sais pourquoi, mais cette phrase m'avait échappée. Comme si il fallait qu'elle sorte de mon subconscient. Peut être cela était dans le but de redonner un peu plus confiance en cette jeune femme. Pendant un moment, je baissais la tête, cachant mes yeux derrière le chapeau de paille. Puis, tout aussi rapidement que ma tête s'était baissée, celle-ci se releva avec un sourire tout aussi confiant et joyeux qu'aux premières paroles. Me laissant donc le passage, je pris mon sac que je mis sur une épaule, le tenant d'une main et m'avança vers elle. Lorsque j'arrivais a son niveau, je pris, de ma main libre, le kit de soin, que je glissais dans l'une de ses poches. Toujours souriant, mais l'ombre de mon chapeau cachant mes yeux, je m'adressais à elle.

Garde ça. Cela peut toujours servir. Et en effet, tu as raison. j'ai d'autres choses à faire. Notamment déjeuner dans cette magnifique clairière ensoleillée ! Si tu désire t'asseoir avec moi ce sera avec plaisir, j'ai bien assez de victuailles pour deux.

Puis je continuais mon chemin pour atterrir ... 3 mètres plus loin ... Je déballais la nappe qui était dans mon sac puis l'étendit sur l'herbe fraîche. J'y déposais également un ensemble de plats, recouverts de couvercles et préparés le matin même. Je finis par laisser tomber mon sac sur le sol, jetant un dernier regard à Tsukiyo, lui faisant un signe de la main, l'invitant à venir s'asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgstarwars.forumsactifs.com
Tsukiyo
Ame no Shinobi
Ame no Shinobi
avatar

Féminin Nombre de messages : 596
Age : 28
Village : kiri
Elements : suiton
Date d'inscription : 02/02/2009

Infos du Ninja
Rang: Genin
Points d'expérience:
75/1000  (75/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]   Jeu 18 Fév 2010 - 1:18

Il n’y avait rien qui l’intriguait vraiment à Kiri, la jeune femme restait toujours très indifférente au monde qui l’entourait. Puisqu’elle n’éprouvait qu’un sentiment de haine envers son lieu d’origine, il était évident qu’elle n’accorde aucune importance à ce monde hostile. C’est d’ailleurs pourquoi elle avait fui vers la forêt, un lieu paisible, sans personne ou presque et où le bruit ne l’assaillirait pas. La forêt était idéale pour réfléchir, pour s’éloigner et pouvoir un peu philosopher, se remettre en question. Qui plus est le paysage lui plaisait plutôt, le vert et l’odeur d’humidité, bizarrement lui faisait l’effet d’un calmant. Et depuis que quelques rayons de soleil filtraient entre les feuilles, illuminant un peu mieux le lieu d’origine plutôt sombre, elle pouvait enfin apprécier un peu mieux les traits du visage de cet homme. Tsukiyo était tout de même assez curieuse pour ce qui concernait autre chose que Kiri, en l’occurrence son interlocuteur comme il l’avait précisé. Des questions à son propos se bousculait dans son esprit sans qu’elle sache d’où elle lui venait et depuis quand était-elle devenue aussi curieuse. Même si au départ, elle avait posé une question pour l’éloigner plus qu’autre chose et sans vouloir savoir la réponse. Elle s’était rendu compte qu’il l’intriguait. Elle jugeait son physique au premier abord banal mais en y regardant de plus près, c’était le visage le plus amical qu’elle avait jamais vu. D’accord, elle connaissait très peu de monde mais ça n’y changeait rien. Les apparences sont trompeuses, la kunoichi ne pouvait pas croire ce qu’elle voyait. Que d’un œil par ailleurs, sa vision était moindre…
Si elle était plutôt astre de nuit, sombre, froide et mélancolique peut-être qu’il lui manquait juste le soleil pour vivre correctement. C’était un peu de chaleur dont elle avait besoin et ici, bien que le coin fût humide, cette personne qu’elle connaissait guère dégageait une certaine chaleur humaine. Elle n’aurait pas su expliquer comment c’était possible, pourquoi c’était ainsi. Cela la surprenait beaucoup d’ailleurs puisqu’elle aurait bien été incapable d’un tel prodige. A l’inverse, elle ferait s’éteindre une bougie ou carrément un incendie. Façon de parler bien entendu. S’il était enchanté de faire sa connaissance… elle en revanche, ne pouvait prétendre la même chose. « Enchanter » n’avait aucune signification pour elle, à part concernant un objet. Sans doute, une jeune fille commune aurait-elle répondue qu’elle l’était tout autant, affichant un sourire impeccable voire charmeur à l’occasion. Tsukiyo en était bien incapable et elle ne savait pas non plus jouer à ce point la comédie. Ca pouvait paraître impoli, ce n’était pas forcément voulu cependant. C’était hors de sa portée. Alors qu’il lui demandait si cela la dérangeait qu’il la tutoie, elle hocha négativement la tête, lentement sans plus afficher d’émotion. Puis elle se força à répondre de vive voix, c’était peut-être mieux.

- Non ça m’est égal, faites comme bon vous semble !

Elle l’observa remettre cet étrange chapeau de paille, cela cachait un peu son visage et la jeune femme n’appréciait pas ne pas voir l’expression d’un individu. Quand il redressa le visage cependant, il souriait toujours. Cela lui donnait un air… niais. Ce n’était pas une vision très aimable mais c’était ce qu’elle voyait. La jeune genin réfléchissait beaucoup à tout cela quand il dit :

- Soit. Après tout tu fais ce que tu veux de ton corps. C'est juste dommage qu'une aussi jolie fille que toi mutile ses poings de cette façon ...

Se mutiler… ? Elle ne le voyait pas du tout ainsi mais malheureusement il avait raison. Elle avait fait quelque chose d’irréfléchi, elle s’était blessée volontairement. Elle regarda ses poings à nouveau, elle toucha la blessure et plissa les yeux. Elle garderait probablement une trace pendant un bon bout de temps. Elle n’y avait pas été de main morte à vrai dire. Si elle avait préservé la haine qui l’habitait au sortir du village, elle aurait répondu aussitôt quelque chose de dur, brutal. Mais cette phrase la laissa surtout bouche bée. Tandis qu’elle regardait le dessus sanglant de sa main, elle n’osa soudainement plus relever la tête. Finalement alors qu’il se décidait à passer, elle avait baissé sa garde et il glissa dans sa poche, un kit de soin. Elle se crispa un instant et il lui fallut bien dix bonnes minutes pour qu’elle se ressaisisse. Pourquoi le simple fait qu’on s’approche d’elle la rendait aussi nerveuse ? Cet incident datait de plusieurs années… Elle passa sa main sous sa frange, son cœur avait accéléré et elle se mordit la lèvre, un peu inquiète.

-Garde ça. Cela peut toujours servir. Et en effet, tu as raison. j'ai d'autres choses à faire. Notamment déjeuner dans cette magnifique clairière ensoleillée ! Si tu désire t'asseoir avec moi ce sera avec plaisir, j'ai bien assez de victuailles pour deux.

Bon elle était perdue en pleine forêt de toute façon, alors elle n’avait pas d’endroits précis où aller et elle ne savait vraiment pas quoi faire donc elle finit par se mouvoir et se diriger dans sa direction. Elle alla s’asseoir à bonne distance, dans l’herbe et sortit le kit de soin… Elle le regarda et hésita un bon bout de temps avant de le poser sur ses genoux. Elle observa attentivement les faits et gestes de Samanosuke comme un chat, elle pencha légèrement la tête sur le côté sans en être consciente. Puis ne pouvant s’en empêcher, ne se rendant même pas compte qu’elle venait de le tutoyer, elle demanda :

- Comment as-tu pu transporter tout cela avec toi ? ... Je ... vais soigner ça...


Elle se replongea sur le kit de soin sans plus le regarder et essaya de s'en servir mais... elle ne semblait pas très douée.


[HRP : Suite à la superbe déconcentration dû à certaines personnes XD ben ça donne ça désolée...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samanosuke Akechi
Konoha no Shinobi
Konoha no Shinobi
avatar

Masculin Nombre de messages : 91
Age : 29
Village : Konoha
Elements : Raiton, Katon
Nindô : Devenir le meilleur Junin de Konoha ...
Date d'inscription : 12/03/2009

Infos du Ninja
Rang: Genin
Points d'expérience:
169/1000  (169/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]   Ven 19 Fév 2010 - 21:32

Finalement, après quelques temps d'hésitation, la kunoïchi s'approcha. Je ne sais pas vraiment ce qui l'avait poussé à venir tout compte fait. Elle semblait distante, puis, se rapprochais maladroitement. Cherchais t-elle à faire des efforts envers moi ? J'observais son attitude. Ses gestes, le moindre trait de son joli visage. Non pas pour l'épier, mais j'essayais de cerner sa personne. Bien entendu, je le faisais habilement et de manière à ne pas me faire repérer. Mais cela m'avait permis de générer quelques hypothèses sur sa personnalité. Si elle avait été si froide envers moi au début, puis que son agressivité s'était peu à peu calmé dans son regard cela voulait peut être dire qu'elle avait du mal avec les relations humaines. Peut être avait-elle vécu une situation traumatisante, qu'elle n'aimais pas trop la compagnie désormais. Cela me fit sourire intérieurement. Me fixant alors un but pour la journée : essayer de faire sourire cette demoiselle.
Il y avait de tout sur la nappe. Des bols d'Oyakodon (bol de riz parfumé avec des légumes, du poulet cuit à la vapeur et de l'œuf gratiné), des bols de Ramen, des nouilles sautées au bœuf, des sushi au saumon, des Gyozas (raviolis grillés) .... bref, un festin dans mon sac à dos. J'avais tout positionné au centre de la nappe, partageant le tissu en deux places égales. Ainsi les convives pourraient se servir à volonté. Les picnic dans ce genre étaient une spécialité dans la famille Akechi. Ma mère tenait toute cette organisation de sa mère. Ma génitrice ne pouvant le transmettre à ma petite sœur décédée, décida que je ferais tout de même l'affaire. Elle m'enseigna alors tout l'art de disposer des tuperware dans un sac à dos, minimisant l'espace utilisé pour une grande quantité d'aliments. Elle m'avait également appris à cuisiner. Après le départ de mon père, j'étais l'homme de la maison. Je devais donc savoir tout faire. J'avais pris plaisir à cuisiner. Et les plats disposés devant moi avaient été préparés avec amour la veille par mes soins. Tout en profitant du soleil récent, je regardais si je n'avais rien oublié, lorsque Tsukiyo m'étonna en m'adressant la parole en premier.

- Comment as-tu pu transporter tout cela avec toi ? ... Je ... vais soigner ça...

ho ça ? c'est tout un art dans la famille ! on est des pros du picnic ! organisation, préparation ... on fait attention a tout !

Je riais un peu en adressant mes paroles, car je n'aimais pas trop vanter mes mérites. mais pour décoincer un peu la conversation, j'avais décider d'en parler en rigolant. essayer de lui montrer que je pouvais aussi plaisanter. Puis, je la vis, regardant la trousse de soin, cherchant à s'en servir mais n'y arrivant pas. Mon sourire s'efface progressivement, me mettant à éprouver de la compassion. Bien que ce ne soit qu'un simple kit de soin, j'avais l'impression que la maladresse dont elle faisais preuve dans l'utilisation était en partie due à un malaise. Le malaise d'être là, avec une autre personne qu'elle, d'autant plus un inconnu ! Tout doucement, je m'approcha d'elle. Puis, arrivant à son niveau, je posais un genoux à terre, tel un chevalier servant. Mon regard était plus sérieux. A cet instant, je ne savais plus trop quoi faire. J'avais peur de la choquer en devant familier si soudainement. Alors, je décidais d'y aller doucement. Lentement, je pris le kit de soin et l'ouvrit. Mettant alors, sur du coton, un désinfectant indolore, de ma main libre je pris sa main avec la plus grande douceur dont je pouvais faire preuve, puis appliqua le produit. Une fois sa main nettoyée, je déposais une crème à base de plantes, tranquilisante, puis fit lentement pénétrer. Pour finir, j'entourais sa main d'une bande que je fixais avec un petit morceau de sparadraps. Mes deux mains reposèrent délicatement la sienne sur sa cuisse. Ne voulant pas continuer pour éviter trop de contact, je me relevais et retournais à ma place de départ, retrouvant un sourire un peu plus gêné qu'au départ, mais souriant quand même.

... Voila. Je pense que maintenant tu saura faire l'autre main !

Pour briser l'atmosphère gênante qui flottait autour de nous, je décidais d'ouvrir les récipients alimentaire, laissant découvrir le festin que j'avais préparé.

Je t'en prie, sert toi. Il y a de quoi faire. Itadakimasu !


Pour lui montrer qu'elle ne risquais rien avec la nourriture, je me servis en premier. Déposant un bol, une assiette et des baguettes de son coté pour qu'elle puisse se servir aussi. Je remplissais alors mon assiette de Gyozas, sushis, nouilles, oyakodon, puis mon bol de ramen. J'avais pris de tout ce que j'avais disposé pour qu'elle ne doute de rien. Je commençais à manger, attendant une réaction. J'espérais juste ne pas l'avoir choqué en soignant l'une de ses mains et en l'ayant approché de si prêt. En repensant à cet instant, si court fût-il, je me mis à rougir, cachant mon visage dans le contre-jour que m'offrais gracieusement le soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgstarwars.forumsactifs.com
Tsukiyo
Ame no Shinobi
Ame no Shinobi
avatar

Féminin Nombre de messages : 596
Age : 28
Village : kiri
Elements : suiton
Date d'inscription : 02/02/2009

Infos du Ninja
Rang: Genin
Points d'expérience:
75/1000  (75/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]   Sam 20 Fév 2010 - 0:44

Avoir demandé quelque chose lui avait par la suite paru bizarre. Elle ne savait même pas pourquoi elle avait agi ainsi aussi s'était-elle reporté sur le kit de soin. Elle aurait du savoir utilisé les produits mais le souci était qu'elle ne soignait jamais ces plaies puisqu'elle estimait que cela cicatriserait tout seul. Ainsi, ça ne lui paraissait pas vraiment d'une logique imparable et elle paraissait maladroite. Elle devait être comme un animal sauvage, qui ne s'approche pas trop près, qui recule quand on s'approche de trop, qui fait une drôle de tête quand elle découvre quelque chose de nouveau. Cette pensée la mettait particulièrement mal à l'aise parce qu'elle était un peu comme ça : farouche. Autrefois, elle n'était pas aussi méfiante que cela, justement elle se l'était reprochée. Elle aurait du être plus attentive ce jour là. Il ne fallait pas qu'à ce jour, elle refasse les mêmes erreurs et pourtant, elle était moins méfiante ce jour-ci. Elle entendit qu'il répondait à sa question en riant et elle ne comprit pas pourquoi. Qu'est-ce que ça avait de drôle ? C'était ça l'humour ? Encore une chose dont elle ne comprenait pas le sens. Ses mains commençaient à la démanger un peu désormais sous les rayons délicats du soleil et elle allait abandonner quand elle sentit sa présence. Aussitôt elle se crispa, ses nerfs se tendirent et elle étouffa un cri. Contrairement à ce qu'elle aurait fait, si elle avait agi comme d'habitude, elle ne dit rien et n'esquissa pas de gestes violent mais elle n'était pas du tout rassurée et pas un instant, elle aurait pu le regarder alors elle fixait sa main. A aucun moment, Samanosuke ne fut brutal et la kunoichi n'était pas du tout accoutumée à ce qu'on s'occupe d'elle ainsi. Elle ne comprenait même pas pourquoi il s'en chargeait : parce qu'il trouvait ça ridicule et que sa patience avait des limites ? Non, elle ne comprenait pas. Elle devrait sans doute le remercier. Quand il s'éloigna, elle essaya de faire l'autre main et même si elle tremblait beaucoup, elle y parvint avec lenteur.

- Merci...

Elle ne savait pas quoi ajouter de plus et s'il n'avait pas parlé, sans doute une ambiance pesante se serait installé mais il lui proposa de manger aussi. Encore une attitude qu'elle trouvait étrange et relevant lentement la tête, elle observa les traits de son visage tandis qu'il mangeait. Elle ne voyait pas parfaitement bien mais un instant, elle crut le voir rougir. Avec le contrejour, elle avait du mal à voir et c'était sûrement son imagination alors elle n'y prêta pas la moindre attention. C'était certes très appétissant comme plats proposés mais la genin de Kiri, gardait encore ses distances.

- I ... Itadakimasu ? Je n'ai pas très faim en fait...

Chez elle, on ne disait jamais "Itadakimasu", d'ailleurs on ne disait pas grand chose alors elle ne savait pas utiliser les formes de politesse. Tandis qu'elle venait de préciser qu'elle n'avait pas faim, son ventre lui démontra le contraire en gargouillant et elle devint aussi rouge que possible, baissant la tête, elle cacha son visage. Elle ne savait pas ce qu'il devait penser mais elle avait honte. Finalement, elle se rapprocha et finit par prendre un bol de ramen en disant :

- Désolée...

Depuis quand on se servait chez les gens sans leur rendre la pareille ? C'était parfaitement incorrect une telle attitude. Tsukiyo rougissait toujours, notamment parce que ce n'était pas un comportement à avoir, ce qui sur un visage plutôt pâle était assez flagrant. Manger un peu lui fit du bien en tout cas et elle était moins crispée. Sa curiosité reprenait le dessus et elle aurait bien voulu savoir pourquoi il l'avait aidé, pourquoi il souriait tout le temps et pourquoi aussi il partageait avec elle. Cependant, elle ne demanda rien parce qu'elle n'osait pas. Elle ne savait pas instaurer un dialogue, ça lui paraissait si délicat. Elle le regarda brièvement, entrouvrit la bouche pour essayer de dire quelque chose puis la referma sans un mot et se replongea sur son bol de Ramen. Non décidément, elle n'était pas douée pour ça. Et quand elle parvint à dire quelque chose, cela ne se résuma qu'à un mot :

- ... Pourquoi ... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samanosuke Akechi
Konoha no Shinobi
Konoha no Shinobi
avatar

Masculin Nombre de messages : 91
Age : 29
Village : Konoha
Elements : Raiton, Katon
Nindô : Devenir le meilleur Junin de Konoha ...
Date d'inscription : 12/03/2009

Infos du Ninja
Rang: Genin
Points d'expérience:
169/1000  (169/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]   Jeu 25 Fév 2010 - 23:57

Mes joues cessaient de me chauffer, et je continuais a observer la belle demoiselle qui soignait enfin son autre main. Elle avait cependant un peu de mal, malgré l'exemple que je lui avait offert. Je ne pensais pas que sa lenteur d'exécution soit dû à une incompréhension. Cette fois, j'optais plus pour la gêne que j'avais surement occasionné en l'approchant de trop prêt. Les rayons du soleil illuminais son visage, elle semblait comme une fleur qui hésitait à éclore en plein printemps. Elle semblait si chétive et pourtant forte. Je la vit relever la tête un cours instant, elle semblait me regarder pour mieux me sonder, trouver qui j'étais réellement et ce que je lui voulais. Mais le temps qu'elle relève légèrement la tête, le soleil me révéla tout l'éclat de ses yeux. Dans lequels on pouvait lire de la tristesse, mais on y voyait une beauté et une chaleur intérieure qui ne demandait qu'a être libéré. Une nouvelle fois je rougis. Je ne sais si elle s'en était aperçu. Mais je continuais de manger. Tsukiyo refusa cependant ma première offre, semblant désorientée par mon "bon appétit". Tandis que, quelques seconde plus tard, son ventre cria famine. Elle semblait gênée, s'approcha finalement du repas pour se servir un bol de ramen.

- Désolée...
Mais je t'en prie, il n'y as pas de mal voyons.

Je lui fit un clin d'œil, puis retournais mon centre d'intérêt vers mon assiette car je devais avouer, que je ne savais plus quoi dire. Malgré tout mes efforts, la demoiselle se rapprochais certes, mais son discours restait cependant distant. Je ne savais plus vraiment quoi faire. Cela m'embêtais, car je n'aimais pas voir les gens souffrir, d'autant plus que cette jolie Tsukiyo n'avait pas l'air de mériter cette peine. Je continuais donc a manger, cherchant une solution pour la faire sourire lorsqu'elle me surpris.

- ... Pourquoi ... ?

Sur le coup, je ne compris pas vraiment. En train de manger mon bol de ramen, mes yeux faillirent sortir de leur orbite, et d'un mouvement de surprise, ma tête se retrouva nez à nez avec la soupe de mon bol .... J'avais l'air ridicule. Je m'essuyais le visage doucement avec ma serviette puis m'excusa de cet "incident" avec le bol. Je relevais la tête et arborais un air plus sérieux.

Écoute ... je t'ai simplement rencontré par hasard. Mais comme on dit, le hasard fait bien les chose. Tu me demande pourquoi ? ... je pense que tu veux me demander pourquoi je fait ça ? ... dès que je t'ai vu, je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que ton visage était emplie de tristesse. Quelque chose que tu as l'air d'avoir au fond de toi et qui te fait souffrir. tu va peut être me dire que ce n'est pas mes affaires, et c'est surement le cas. Mais je n'aime pas voir les gens souffrir. Je suis comme ça je n'y peu rien. Dans mon village c'est pareil, je suis toujours la à essayer d'aider quelqu'un qui en as besoin. Et puis je t'avouerai que tu ne m'est pas insensible ...

Cette fois j'en avait dit trop. Un long silence s'installa. Mes yeux étaient fermés. Je ne savais plus trop quoi dire désormais. Je terminais mon bol. Puis mon assiette. Restant encore un peu bloqué devant les deux. Finalement, me ressaisissant, je les emballait dans un torchon et les rangeais dans mon sac. Je relevais la tête et lui fit un sourire. Pas un sourire niais comme j'avais déjà pu le faire, mais un sourire léger et rassurant. J'attendais qu'elle finisse son bol.

... tu .... tu voudra te resservir ? sinon .... j'avais dans l'intention de visiter le coin ... tu dois être d'ici non ? cela t'embêterais de me faire visiter ?


[HRP : désolé je n'étais pas très inspiré ... /HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgstarwars.forumsactifs.com
Tsukiyo
Ame no Shinobi
Ame no Shinobi
avatar

Féminin Nombre de messages : 596
Age : 28
Village : kiri
Elements : suiton
Date d'inscription : 02/02/2009

Infos du Ninja
Rang: Genin
Points d'expérience:
75/1000  (75/1000)
Techniques:

MessageSujet: Re: On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]   Sam 27 Fév 2010 - 5:02

Il y a peu, le silence aurait presque été plus dérangeant que le dialogue alors que solitaire, elle appréciait habituellement le calme ambiant. Elle arrivait même à trouver le langage bien futile. Pourtant, elle se rendait compte désormais que c’était parfois nécessaire, voire intéressant.
Comment aurait-elle pu penser qu’une simple question, qu’elle avait tout de même eu beaucoup de mal a poser, pourrait avoir un tel effet sur cet homme. Cela l’avait surpris à ce point là ? Elle le trouva soudain bien maladroit et cela, à défaut de la faire sourire, lui fit avoir un peu de sympathie pour lui. Son visage se décrispa vraiment et elle pencha la tête, observant s’il n’avait rien et s’il ne s’était pas brûlé mais il s’essuyait le visage sans paraître ressentir une quelconque douleur. Alors elle se sentit rassurée, ce qui était assez peu commun. Depuis quand la froide personne qu’elle était s’inquiétait-elle pour quelqu’un ? C’était étrange cette anxiété qu’elle avait perçu à ce moment là pour cette personne. Bien entendu, elle ne lui avait pas demandé s’il allait bien et elle ne s’était pas levée pour aller le voir. Mais peu de temps après, il avait retrouvé un visage plus sérieux et elle fronça les sourcils et écouta la réponse à la question qu’elle lui avait posé précédemment. Elle était très attentive parce qu’elle était curieuse. Oui pour une fois, elle se souciait de comprendre le monde qui l’entourait et pourquoi il agissait ainsi. Le monde de l’inconnu l’attirait sans doute. Le hasard fait bien les choses ? Alors il pensait que c’était une bonne chose que le hasard les ai réunis ce jour-ci ? Pourtant elle avait pensé au départ que cette rencontre ne pourrait être que néfaste. Malgré tout, elle se demandait s’il n’était pas envisageable qu’elle change d’avis maintenant. Son visage empli de tristesse ? Elle faisait tout pour ne pas montrer cette tristesse mais elle était lasse. Elle ne pouvait pas toujours intérioriser cette haine et cette douleur. Qu’il voie qu’elle souffre lui faisait peur, elle sentit sa respiration s’accélérer en accusant les mots. Oui, elle aurait du lui dire que ce n’était pas ces affaires, il n’était qu’un inconnu mais elle ne le pouvait plus. Alors elle ne dit rien et le laissa terminer son discours. Il avait donc ordinairement le cœur sur la main, ce qui la surprenait énormément. La seule personne qui lui rappelait un peu sa façon d’agir restait très floue dans sa mémoire et cela datait déjà. Elle n’avait jusqu’à maintenant, pas détourner le regard mais sa dernière phrase la fit brusquement se raidir. Elle ne savait même pas si elle en comprenait bien le sens et elle regarda alors de nouveau ses mains bandées. Le silence devenait particulièrement pesant. Elle continua donc de manger son bol et le posa au sol quand elle eu fini. Puis le voyant ranger ses affaires et l’entendant lui adressé la parole, elle se dit qu’il serait sans doute plus appréciable de sa part qu’elle aille lui donner le bol elle-même. Elle se leva et répondit à sa question, tendant le bol loin devant elle, la tête penchée, le visage rouge :

- Je… Merci ! Oui… Je veux bien … de… d’accord pour la visite mais … je ne sais pas sortir de la forêt !

Elle se sentait bien bête et heureusement que son visage était penché car toutes ses émotions étaient trop nombreuses et elle versa des larmes. Heureusement aussi que son second œil était caché par sa longue mèche car elle avait toujours peur qu’on la regarde étrangement. Elle soupira.
Cette personne l’impressionnait beaucoup et elle ne comprenait pas du tout ce qu’elle ressentait. Pas de la haine, à tel point qu’elle avait envie d’avancer et profiter du temps, pour rester un peu plus avec lui. Cela évinçait une bonne partie de ses soucis et de son dégoût pour Kiri. Mais faire visiter… en serait-elle capable ? Et s’il fallait parler beaucoup ? Voilà qu’elle commençait à appréhender un peu. Elle finit par relever la tête après avoir essuyé une larme et elle ne sourit pas mais elle pencha la tête sur le côté. Ce qui signifiait qu’elle ne se sentait pas en danger.

- Alors, je serais guide… ?


Elle regarda autour d'elle, tournant amplement la tête et chercha par quel chemin, elle avait pu venir. Elle ne savait vraiment pas par où rentrer alors elle prit une direction qui l'interpelait et ne prit pas la peine de surveiller ses arrières comme elle le faisait toujours. Elle avait confiance, ne serait-ce qu'un minimum mais de sa part c'était beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On est bien peu de choses... [Pv : Sama] [RP Clos]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ? Le Staff
» Il fallait bien que ça arrive un jour [CLOS]
» La nature fait bien les choses ?PV Dentô Shinji ?
» Le destin fait parfois bien les choses ? Ft Justin.
» Le hasard fait bien les choses...| Conrad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto RPG :: Plaines et Forêts-
Sauter vers: